Numéro de téléphone:
Actualités, expositions, cours d'art, atelier de peinture, plein air
Nouvelles et événements
dans les communautés de Natalia Grigorieva
Разнообразный и богатый опыт
Значимость этих проблем
Таким образом дальнейшее развитие различных
История семьи Филипповых-Полянских-Парфентьевых

Histoire de la famille Filippov-Polyansky-Parfentyev

L’artiste Natalia Grigorieva (1972) provient de l’ancienne famille moscovite des Filippovs-Polyanskys-Parfentyevs, elle est arrière-petite-fille de l'artiste Natalia Gorodkova-Parfentieva (1896-1929).

« Mon arrière-grand-père Ivan Parfentyev était fils du mathématicien inspecteur des écoles. Son cousin Nikolaï Parfentyev était un mathématicien et hydromécanicien célèbre qui travaillait à l'Université de Kazan. Il a donné des conférences à Paris, où il a eu un fils, qui est resté en France. Nicolas est revenu à Kazan et y a fondé une école de mathématique. Les descendants de Nikolai Nikolaevich Parfentyev vivent à Paris. Son arrière-petit-fils Xavier Parfentyev qui a presque mon âge a visité une de mes expositions. C'était très intéressant pour moi de rencontrer ce membre lointain de ma famille, à travers tant de générations.

Mon arrière-grand-mère Natalia Dmitrievna Gorodkova-Parfentyeva a reçu l'éducation artistique avant la Révolution; elle a été membre de l’équipe artisanale « Nov-Art » dans laquelle Marc Chagall a travaillé. Elle est morte de la tuberculose  en 1929 à l'âge de 33 ans. Presque toutes ses œuvres ont été perdues, cependant; celles qui sont restées dans la collection de la famille ont une valeur artistique confirmée par de nombreux experts.

_DSC8155   _DSC8158

Mon arrière-grand-père Ivan Alexandrovitch Parfentyev était professeur de l'Université de Moscou, chercheur entomologiste très connu dans le monde entier avant la révolution. Sa collection unique de papillons et de variétés d'insectes rares a été pillée et détruite  après la révolution de 1917, ce qui a en grande partie déterminé sa décision d'émigrer.

En 1919, il a décidé de quitter la Russie pour toujours. Avec sa femme artiste et son jeune fils qui était mon grand-père, il se tenait sur le pont du navire qui allait partir d'Odessa vers l’Europe, mais il a changé d'avis au dernier moment. En regardant le rivage russe du bord du navire, il s’est écrié: « Non, je ne peux pas! » Toute la famille est descendue sur le quai. Ils sont revenus à Moscou, où mon arrière-grand-père a continué à travailler à l'Université de Moscou.

Avant la révolution, il possédait un immeuble de rapport ruelle Fourmanny, dans le quartier du Vieux Arbat. En remplissant un des questionnaires soviétiques, mon arrière-grand-père a mentionné, par étourderie, « propriétaire immobilier » en tant que sa « condition sociale », ce qui lui a apporté beaucoup d'ennuis.

Le comportement des étudiants et l'atmosphère à l'Université de Moscou ont radicalement changé. Ivan Parfentyev a compris que pour continuer ses recherches scientifiques, il n’avait pas d’autre choix qu’émigrer. Après, il a travaillé à l'Université de Chicago aux États-Unis. Mon grand-père Andrey Parfentyev n'entretenait pas de relations avec lui et il cachait le fait que son père vivait et travaillait aux États-Unis. Ma mère, professeur de physique Natalia Andreyevna Parfentyeva, a vu des articles de mon arrière-grand-père publiés dans des  revues scientifiques américaines qu’elle a trouvé dans la Bibliothèque Lénine ». - Natalia Grigorieva.

"Qu'est-ce qu'ils ont tous de talent! Ils avaient du talent et l’ont encore, de nouveaux enfants jouent, dessinent, étudient des sciences et des langues, et quand on nous dit que notre patrimoine génétique est en danger, j'ai une objection forte: les lignées des Parfentyevs et des Polyansky ne sont pas encore éteintes, bien que leurs filles sont mariées, leurs enfants portent d’autres noms, et ils sont tous répandus dans le monde... Les descendants de cette belle famille russe composée de commerçants, d’aristocrates et d’intellectuels ont survécu à la guerre et de la révolution, à la terreur et l'humiliation, au travail acharné, aux camps, à l'exil, bref, tout ce qu'un honnête homme pouvait souffrir dans des conditions inhumaines. Nous les voyons  assis à côté de nous dans le métro. Parfois, nous les reconnaissons. » - Ludmila Oulitskaïa, préface du roman « Grand-Mère » dans la revue « Znamya », 2008.

Pour en savoir plus sur la famille: http://znamlit.ru/publication.php?id=3555.